victoire 13-7 contre Lorient : bonne pêche !

Merci à nos sympathiques adversaires pour cet après-midi et le casse-croute (raclette) : 

 

folclo

 Lorient A: 1665, 1589, 1517 B: 1383, 1141, 1495.

Yann et Flo 3 en A

Pierrick 2 en A (perd 1517)

Pierre-Yves 3 en B

doubles: 2

Comme une nuée de poissons poursuivis par un chalutier en pleine pêche au GROS, nous partîmes dispersés voire esseulés pour un long dimanche de campagne victorieuse.

Yann, anciennement physiquement bâti pour une tournée rugbystique aux Iles Samoa, avait décidé en raison d’un régime d’algues verts et de ténia de se lancer dans la pêche au bar au port de Lorient afin de  suivre avec gouaille (Marie La G…) et la mauvaise foi qui le caractérise la défaite de l’équipe de France face à La Nouvelle Zélande. Résultat, son mauvais foie l’a encore emporté sur les 3 piliers d’en face.

 

Pierrick, éborgné à Redon la veille au soir par une bogue récalcitrante, a failli rester à la traine en gare de Lorient abandonné par le reste de l’équipage et notamment le plus chevronné d’entre nous qui ayant depuis longtemps mis de côté l’urbanisme et l’urbanité se méfie désormais des centres-villes au profit de sa verte campagne Montreuillaise et sa mère … ah la mer ! Il a donc fini la journée avec son œil droit. Heureusement pour lui c’est celui dont il se sert 99% du temps (en revers donc) pour faire du pas chassé avant/arrière. Bien lui en a pris tout de même de se jeter à l’eau, d’autres diront de pêcher à l’aveugle, pour marquer quelques points diaboliques en coup droit. Etait-ce donc de la vengeance ? Toujours est-il qu’il a mis marrons 2 de ses adversaires … le troisième était dans la bogue !

 

Hugo, le plus rapide d’entre nous (et encore c’est peu de le dire) est rentré bredouille de cette pêche au gros, battu par la lenteur de la salle de Lorient. Il a été repêché in-extrémis par Pierre-Yves pour le double qui nous  a tout de même permis de tenir la marée.

 

Pierre-Yves, n’est plus au fond, que dire, il flotte, il surnage, il vole même. Telle la mouette suivant le chalutier, et tel le nouveau playboy de la R3 mais tout de même à bout de tous ses efforts pour en arriver là, il pensait sans doute que ses adversaires avaient les poches rempli de kinder bueno. Mal leur en a pris, car il les a becter tous les 3, non content qu’on le prenne pour une tanche !

 

Florent, légèrement à la traine au départ de chez lui s’est désormais spécialisé dans le cabotage. Appareillage de la salle pour prendre Judi et Hugo, mouillage à Plélan pour charger Pierre-Yves, accostage au drive-in de Lorient pour un sandwich, repêchage de justesse de Pierrick à la gare côté SUD de Lorient. Enfin, largage et amarrage à la salle de Lorient. Début des hostilités après avoir réveillé Yann le matelot de service. Pour le reste, mer et vent calme. Pas de dépression mais un léger courant d’air frais, juste de quoi le réveiller. Pas d’avaries particulières si ce n’est quand mêmes 3 fiers corsaires et 19 sets pour en venir à bout.

 

Quant à Judi, le seul vrai pêcheur d’entre nous, il n’a eu de cesse de trouver la meilleure façon et le meilleur endroit pour pêcher, enfin de trouver, du hareng saur. Il a touché ses poches … rien, il  a humé ma voiture …rien. Arrivé à Plélan, il a regardé dans son sac …rien. Il s’est alors servi de son ouïe et ce sens inné chez lui a permis de gagner. En effet, il a décroché son portable pour appeler sa femme … qui lui a confirmé que son déjeuner était resté près de l’évier de la cuisine. Autant vous dire que notre Obélix n’a pas laissé tombé son 5ème sens pour engloutir 2 sandwichs poulets … du drive-in de Lorient … ainsi que le fromage à raclette des nos adversaires. Autant vous dire qu’il ne pouvait pas se permettre en plus de les battre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.